La thérapie PCP : une méthode pour soulager le mal de dos

,

le 26-08-2013

La PCP (pression continue dorsale) agit sur les muscles profonds pour assouplir les tendons et les ligaments. Découvrez cette technique antidouleurs développée avec le soutien de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

 

Débuter par un travail sur les zones les moins douloureuses avant de passer à celles qui font le plus mal, c’est le principe du Dr David Khorassani. Ainsi, pour soulager un dos, il commence généralement par un travail sur les membres. « Je ne touche pas des lombaires douloureuses au premier rendez-vous », précise-t-il. Sa méthode : la PCP* (pression ­continue profonde). Développée avec le soutien de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), elle consiste à agir sur les muscles profonds, pour que les tendons et les ligaments s’assouplissent et que le squelette se repositionne naturellement.

 

PCP : une méthode utilisée avec succès chez les sportifs

Il n’y a aucune « manipulation », seulement une action sur les tissus mous. Pour atteindre ces muscles profonds, le thérapeute exerce des pressions pouvant aller jusqu’à 15 ou 20 kg. Difficile à faire manuellement ! Le Dr Khorassani a mis au point un appareil simple et ingénieux qui lui permet de réaliser de manière harmonieuse ces puissantes pressions. Et de mesurer la force qu’il applique. En début de séance, une force de 1,5 kg est parfois considérée comme douloureuse. En fin de séance, on peut monter jusqu’à 8 ou 9 kg. La technique est appliquée avec succès sur des sportifs de haut niveau, à la musculature puissante mais aussi… sur des chevaux de course, dont certains, après une chute, auraient connu l’abattoir sans la PCP !

 

Comment ça se passe ?

En exerçant différentes pressions, on travaille sur l’ensemble de la musculature. En particulier celle de la colonne dorsale, souvent négligée, car la majorité des douleurs siègent au-dessus (cou) ou en dessous (région lombaire). Pour le Dr Khorassani et son collaborateur, Thomas Craberou, podologue-posturologue, redonner du jeu à cette colonne dorsale soulage lombaires et cervicales. « J’arrive 
à soigner des lombalgies sévères sans médicament et j’en suis fier », confie le Dr Khorassani. Son but : que le mal de dos ne soit plus qu’un mauvais souvenir, après cinq ou six séances de traitement et une ou deux séances d’entretien par an ! Si la PCP ne suffit pas, le podologue complète le rééquilibrage par des gestes doux et des étirements, voire des semelles. Bientôt, le « binôme » pourra compter sur d’autres praticiens (orthodontistes, orthoptistes…) pour affiner la prise en charge posturale. Il bénéficiera d’un appareil, actuellement disponible en Allemagne, permettant de « voir » la colonne en 3D… sans rayons X.

 

Conseils d’expert

Entre les séances, le Dr Khorassani conseille d’aller à la piscine deux fois par semaine et de marcher dans l’eau. Au moins un quart d’heure avec de l’eau jusqu’à la poitrine. Cette activité renforce les muscles posturaux et augmente le bénéfice de la PCP Therapy.

 

3 exercices pour protéger son dos

Découvrez  trois exercices proposés par Thomas Craberou, podologue-posturologue
- Pied en équilibre sur la première marche d’un escalier : on pousse le talon vers le bas, pour étirer les muscles postérieurs du mollet.
- Face à un mur, les mains sur le mur, les pieds joints, le dos droit. On descend doucement les mains le long du mur, tout en gardant le dos droit et les abdominaux serrés. Cet exercice étire les chaînes musculaires postérieures (fesses, cuisses, mollets).
- Assise dos au mur, les jambes tendues. On passe une écharpe sous l’avant du pied et on tire sur les deux extrémités du tissu. Cela étire les ischio-jambiers et les jumeaux (muscles de la cuisse et du mollet).

 


    SOMMAIRE

    Pas d'articles liés